Pr Baba Akhib Haidara - WEBSITE X5 UNREGISTERED VERSION - SITE OFFICIEL DU MEDIATEUR DE LA REPUBLIQUE DU MALI

Aller au contenu

Menu principal :

Pr Baba Akhib Haidara

Les Médiateurs

Pr Baba Akhib Haidara
2013

Né le 28 octobre 1933 à Brazzaville (Congo),Baba Akhib Haidara est un scientifique renommé, doté des qualités de sagesse nécessaires pour diriger cette institution pour 7 ans. Il fait partie des tout premiers cadres nationaux ayant répondu à l’appel lancé par le Président MODIBO KEÏTA à tous les Maliens de l’Extérieur à rejoindre ceux de l’Intérieur pour participer à la construction de la jeune République du Mali. Dés la fin de ses études supérieures, il s’est mis au service de son pays comme enseignant. Par la suite il a développé une carrière nationale et internationale.

Au plan national : Dans les années 1960 et début 1970, il a participé très activement au développement du nouveau système éducatif national. En plus de ses tâches d’enseignement au Lycée Askia Mohamed, il contribué à la conception et à la mise en œuvre de la Réforme de 1962. Il est le premier auteur Malien de manuels scolaires, en physique et chimie, adaptés aux programmes officiels issus de cette Réforme. La sortie du premier manuel fut saluée par les autorités nationales de l’époque, notamment le Président Modibo KEÏTA dans sa lettre N° 111/ PG du 9 mai 1964 adressée à l’auteur. Par la suite il a été, successivement, Directeur de l’ancienne Ecole des Travaux Publics (ETP) dont il assurera la transformation en Ecole Nationale d’Ingénieurs (ENI), puis Directeur général de l’Enseignement technique et professionnel et enfin Directeur général des Enseignements supérieurs et de la Recherche scientifique.
Après sa retraite prise en 1993, il  continue de mener diverses activités intellectuelles et culturelles. Ainsi, il dirigea en 2005/2006, un groupe de réflexion sur l’enseignement supérieur au Mali qui a produit un Rapport intitulé : « l’Enseignement supérieur en question » ; présida et anima le Comité national d’organisation pour l’élection de Tombouctou parmi les Nouvelles Sept Merveilles du Monde en 2007 ; et membre et Président du Conseil Supérieur de l’Education en 2009.

RESPONSABILITES NATIONALES OFFICIELLES
 Ministre d’Etat, Ministre de l’Education nationale ; puis Conseiller Spécial du Président de la République (1992-1993)
 Délégué Général pour le Nord auprès du Chef de l’Etat, Président du CTSP (1991)
 Directeur Général des Enseignements supérieurs et de la Recherche Scientifique (1970-1974)
 Directeur de l’Enseignement technique et professionnel (1968-1970)
 Professeur de sciences physiques à l’Ecole normale supérieure (1968-1969)
 Directeur de l’Ecole nationale d’ingénieurs (ENI) et délégué dans les fonctions d’Inspecteur de l’enseignement secondaire (1964-1965)
 Chargé de cours à l’Ecole Militaire Interarmes (EMIA) de Kati (1963-1964)
 Professeur de sciences physiques au Lycée Askia Mohamed (1962-1964).

Sur le plan international
Il dispose d’une longue et riche expérience en matière de coopération régionale et internationale acquise, pour l’essentiel, au sein de l’UNESCO où, de 1974 à 1992, il a assumé des responsabilités larges et variées, dans le secteur de l’Education, tant au siège de l’Organisation à Paris que sur le terrain en Afrique, basé à Dakar ( BREDA) ; Coordonnateur Régional de l’UNESCO pour l’Afrique ; Représentant du Mali au Conseil Exécutif de cette Organisation (1993 à 1997) dont il présida la Commission administrative et financière jusqu’à la 29e session de la Conférence générale de l’UNESCO sur le droit de vote des Etats membres. Au plan régional, il a présidé, en 1995, le Jury International de recrutement de l’UEMOA (Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest).

Au niveau de l’UNESCO, il a eu à assumer des fonctions spéciales, d’abord, comme Secrétaire général de la quatrième Conférence internationale sur l’éducation des adultes (Maison de l’UNESCO, 1985) ; de la Conférence intergouvernementale sur l’éducation pour la compréhension, la coopération et la paix internationales et l’éducation relative aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales, en vue de développer un état d’esprit favorable au renforcement de la sécurité et au désarmement (Maison de l’UNESCO, 1983) ; aussi, comme Membre de l’équipe du Secrétariat de l’UNESCO, à la deuxième Conférence des Ministre chargés de l’application de la science et de la technologie au développement en Afrique, CASTAFRICA II ( Arusha, Tanzanie, 1987).

TRAVAUX ET PUBLICATIONS
 Mali : l’Enseignement supérieur en question, Rapport collectif du groupe de réflexion sur l’enseignement supérieur (Bamako, 2006) ;
 Les prémices de l’enseignement supérieur moderne en République du Mali (Bamako, Septembre 2003, EDIM- SA) ;
 Elaboration d’une politique commune en matière de développement des Ressources humaines (Etude réalisée pour le compte de l’UEMOA, Septembre 1996) ;
 Thèse de Doctorat (Spectronomie, Paris, 1968) ;
 Manuels scolaires en physique et chimie pour les Ecoles du Mali (Bamako, 1964-1965).
Communications et contributions
 L’UNESCO et la Décolonisation (contribution à la Table-ronde de l’AAFU (Paris, Août 2008)
 Contribution à la Commission de réflexion sur la consolidation de la Démocratie au Mali (juin 2008) ;
 La demande sociale : Introduction à la conférence des cadres (Bamako, Mai 2003) ;
 Quelques problèmes de société, d’hier à demain (10e anniversaire du 26 mars, Centre Djoliba, Bamako, Mars 2002) ;
 L’Education pour tous et les défis de l’Idéal de Renaissance africaine (Exposé introductif, UNESCO Paris, Septembre 2001) ;
 Pour un renouveau de l’UNESCO (Contribution à la réflexion organisée par l’AAFU, Mars 1995) ;
 La coopération internationale en éducation : nouveaux contextes, nouvelles perspectives (Colloque international de l’AFEC ; Sèvres, France, mai 1990) ;
 Problèmes actuels du développement de l’éducation en Afrique sub-saharienne (Institut international de planification de l’éducation, Paris, Octobre 1988) ;
 Crise des valeurs et éducation (IIPE, Octobre 1988 ;
 L’Enseignement supérieur et la planification des cadres (Centre Djoliba, Bamako, 1973).

Politiquement, il est membre du Parti de l’Indépendance l’US RDA et, à ce titre, a été candidat à l’élection présidentielle de 1992. Nommé Président d’honneur de l’US RDA en 2009, il a été Vice – président d’honneur de 2006 à 2009 et Secrétaire général de la section US RDA de Tombouctou de 1997 à 2007. Il préside depuis 2011, le conseil des sages de l’UM RDA.

Cette riche carrière s’appuie sur un solide parcours universitaire sanctionné par plusieurs diplômes, notamment, un Doctorat en sciences physiques obtenu à l’Université de Paris – Jussieu en 1968, d’un diplômes d’études approfondies en Spectronomie à Paris- Jussieu, d’une licence d’enseignement de physique-chimie à l’Université de Grenoble, et d’un diplôme d’études supérieures de mathématiques, physique et chimie à l’Université de Paris Sorbonne.

Comme distinctions honorifiques, M. Baba Akhib HAÏDARA est Commandeur de l’Ordre National du Mali (2010), Officier de l’Ordre National du Mali (2003), Chevalier de l’Ordre National du Mali (1973). Il est aussi Commandeur de l’Ordre du Lion du Sénégal (1996), et Commandeur de l’Ordre National de la Guinée (1981).
M. HAÏDARA est père de six enfants.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu